Luimon identité

(In)Fidèle…C’est ça être homme…? (2)

Ecrit par 22 décembre 2019 Aucun commentaire
C’est moi Gérôme ! Un homme qui dans le précédent épisode te racontait les origines de ce vide intérieur quant à ma définition de l’homme. Aujourd’hui je poursuis, en t’expliquant comment j’ai (re)découvert ma femme, mon couple sans savoir que dans le même temps je perdais ma maîtresse, mon autre femme… définitivement … Si tu as loupé le premier épisode, retrouve son intégralité ICI. Mais en attendant reprenons…à la fin :

 

“ Notre relation a duré trois ans. Trois longues années où ma femme sentait le fossé se creuser. Où je me persuadais que je les comblais toutes les deux. Trois ans à vivre comme un fantôme, un somnambule. J’étais un mari à priori exemplaire, un amant respectueux, et un père aimant.

Trois ans jusqu’à ce fameux message … « Elle est morte, Gérôme ! Elle est morte seule malheureuse et c’est à cause de toi. » “

Vacances "au paradis" ...

Le message était daté du 27 Décembre, nous étions le 3 Janvier. C’était les fêtes de fin d’années. J’étais parti en vacances avec ma famille. La règle était simple, pas de téléphone…

Durant ces 10 jours loin de tout, à m’occuper de ma femme et mes enfants, Hélène avait eu un accident. Et je l’apprenais une semaine plus tard. Lorsque je suis revenue sur la région parisienne, elle était morte, rapatriée… enterrée.

Comment cela avait-il pu arriver ? Comment j’avais pu rester aussi longtemps sans prendre de nouvelles, même sans en donner ?

Trop occupé à regarder une autre…

Pourtant je pensais à elle. Pourtant elle me manquait. Mais … pas avec autant d’intensité que les premières années, que les dernières semaines.

C’est comme si Haley avait senti qu’elle me perdait. Elle sentait qu’une autre femme occupait les pensées de son mari. Que notre couple s’était affaibli. Elle ne m’a rien dit, je l’ai compris.

Alors pour ces vacances en famille, les premières depuis un bon moment, loin de tout, de la routine, de la maison, sans dire un mot, elle m’a surpris !

Je n’avais pas vu qu’elle avait perdu près de 10 kilos. Qu’elle s’était coupée les cheveux. Qu’elle avait changé de look. Elle était un brin plus assurée, plus sensuelle, plus féminine. Le jean-basket qu’elle avait adopté pour plus de facilité à la naissance des enfants, il n’existait quasiment plus. Il était réservé au moment où elle avait ses règles et qu’elle devait faire une course rapide pour reprendre ses mots. Elle avait changé, nous vivions dans la même maison, il m’arrivait même de lui faire l’amour, machinalement, mon devoir conjugal… et pourtant je ne la voyais pas évoluer, je ne l’ai pas vu se métamorphoser. Trop occupé à choyer une autre femme qu’elle. À laisser notre relation perdre sa flamme consciemment ou non. 

Dans cet hôtel à la montagne, je redécouvrais ma femme sous un autre jour. Elle avait emmené sa cousine Isabelle avec nous. Nous lui avons payé le voyage afin qu’elle s’occupe des enfants à certains moments, pour que l’on se retrouve tous les deux.

“J’ai envie de passer ces fêtes en famille, mais en couple aussi,  seule avec mon mari  !” m’avait-elle dit.

Le déclic…

Ses paroles, ses changements n’ont trouvé écho en moi qu’à un seul moment. Un déclic auquel je ne m’attendais pas…

Haley est une passionnée de lecture. C’est tout naturellement qu’une fois les enfants couchés, me voyant de nouveau scotché devant la télévision, elle a pris la décision d’aller dans la salle commune près de la cheminée, afin de lire un peu en prenant un bon chocolat chaud. Sa cousine Isabelle avait quant à elle déjà rencontré une nouvelle amie dans l’après-midi. Elle l’avait rejointe dans une petite auberge pas très loin de là où nous séjournions, pour s’amuser un peu.

Il est 22H30, ma femme ne remonte toujours pas. Je passe un survêtement et décide d’aller voir si tout va bien. Arrivé dans le hall, je la trouve tout sourire, comme je ne l’avais pas vu depuis longtemps. Elle était accompagnée d’un homme qui lui aussi avait un livre à la main. On dirait que la cheminée était devenue le QG d’un club de lecture improvisé.

Elle était belle dans sa tunique pull rouge. J’avais du mal à comprendre comment je ne l’avais pas remarqué avant. Son compagnon de lecture lui, oui en revanche!  Une belle jeune femme posée, a priori cultivée, au sourire enchanteur. Je ne pouvais pas le lui reprocher d’essayer.

Elle lisait “Adultère” de Paulo Coehlo. Un détail de plus qui m’avait échappé. Le titre m’a fait froid dans le dos.

Était-elle au courant ? Était-ce là une perche tendue afin que je sois franc ?
Je n’en savais rien mais mon cœur battait la chamade. Je me suis approché avec une pointe de sentiment inexplicable. Un mélange de colère, de frustration, de peur, de jalousie! Quel imbécile je faisais !

À cet instant, je prenais conscience que j’avais une femme formidable qui n’était pas un objet.

Qu’elle aussi pouvait plaire… et me tromper ou même partir avec un autre homme. Et cela me rendit vert de jalousie, de rage. Comme je ne l’avais pas été depuis un bon moment. Certains diront comportement puérile de macho ! Et ils auront raison. On passe notre temps à se croire invincible, à l’abri, irremplaçable, jusqu’au jour où… À trop s’occuper du gazon du voisin, quelqu’un finit par s’occuper du tien. Il en était hors de question. C’est toujours ma femme, et j’espère bien qu’elle le restera.

J’ai (re)découvert ma femme…

Elle me vit arriver mais continua à parler avec son ami tout en m’invitant à les rejoindre d’un signe de la main.

Lorsque j’arrivai à leur hauteur, elle fit les présentations. “Cheri, je te présente Alex ! C’est un australien. Il est en vacances ici et nous nous sommes rendus compte que nous lisions le même livre. C’est marrant non !” Lança-t-elle de son air enjoué.

« En effet, très marrant ! » Je réponds timidement.

« Alex, voilà mon mari Gérôme. »

Après de cordiales salutations, je sentis la gêne de l’homme. Comme s’il ne s’attendait pas à ce que cette merveilleuse femme soit déjà prise. Comme si j’avais dérangé ses plans. Je ne saurais dire pourquoi ni comment. Un comportement d’enfant gâté très certainement, mais je jubilais intérieurement ! Et ouais Coco, elle repart avec moi !

Je m’empressai d’écourter notre échange, en prétextant que j’avais une surprise pour ma femme. Elle ne cacha pas son étonnement.

« Toi une surprise ! Cela ne te ressemble pas du tout ! »

« Il n’y a que les idiots qui n’évoluent pas chérie, n’est-ce pas ? »

Ce soir-là, j’ai désiré ma femme comme jamais depuis plusieurs années. Je l’ai (re)découverte. Redécouvert son corps, sa bouche, son odeur, ses courbes. Difficile à expliquer.

J’étais heureux et là !

Durant les jours qui ont suivi, c’était comme si nous avions fait un bond en arrière dans le temps. Nous avions retrouvé la complicité, la fougue, l’aventure des premiers instants. Avec nos enfants, c’était pareil. Nous passions de vrais bons moments en famille, nous réservant le soir pour nous, en tant que couple.

À la Saint-Sylvestre, ce fut encore plus magique. Elle avait réservé une chambre avec un jacuzzi, dans le même hôtel. Nous avions pris une nounou du service garderie de l’hôtel pour les enfants. Isabelle aussi avait le droit de s’amuser pour la nouvelle année.

C’est donc dans une ambiance plutôt torride que nous avions entamé la nouvelle année, après une soirée très rythmée organisée à l’hôtel.

Nous avons fait la part des choses. Jusqu’à 1H, nous avons festoyé avec nos enfants. Puis une fois partis se coucher, nous nous sommes précipités comme deux adolescents, un brin alcoolisés, pour faire l’amour, baiser, se chercher, se séduire, se faire hurler de plaisir mutuellement, manger pour récupérer, puis recommencer…

J’étais heureux, j’étais là. Et je me rendais compte à quel point je l’avais ignorée depuis longtemps ! Trop longtemps !Sur le chemin du retour, nous étions comme transformés par ce voyage. Plus nous approchions de la maison, plus mon cœur se serrait.

Pourrions-nous poursuivre cette renaissance dans notre quotidien ? En tout cas, c’est ce que nous nous étions promis…

Je ne me doutais pas de ce qui m’attendait ! Que je ne serais plus le même ! Que ma femme ne me reconnaitrait plus ! Sans savoir que la mort d’Hélène me ferait mourir moi aussi, puis renaître métamorphosé ! Que je découvrirais dans la douleur, ce qu’est réellement un homme pour moi ! Qu’avant d’être infidèle à ma femme, je l’ai d’abord été envers moi….

 

À suivre …

Haley et Gérôme still

Après avoir connu l'infidélité, l'éloignement, la séparation. Nous sommes retombés amoureux et avons décidé de créer notre couple 2.0. Un couple qui nous ressemble, où chacun est libre d'être lui-même. En nous perdant, nous nous sommes retrouvés.

Laissez un commentaire