Lyah sans lang de bwa

Te sens-tu vulnérable?

Ecrit par 16 février 2019 Aucun commentaire

Est-ce qu’il t’est déjà arrivé de vouloir faire quelque chose mais de sans cesse reporter car tu ne te sentais pas assez…  Prête, douée, légitime… ?

Ou encore parce que tu avais peur du regard des autres, de leur jugements, en gros de ne pas être aimé et accepté?

Je comprends, car cela m’arrive encore. Se sentir vulnérable n’est pas toujours évident.

Si tu préfère écouter cette inspiration clique ici pour la version poadcast.

Depuis quelques semaines je sens un changement en moi, dans ma façon d’être et dans ma façon de faire. Avec je dois l’avouer un sacré coup de Pep’s ces derniers jours. Je dirai même un sacré coup de pied au (TUT) quand j’y repense.

En moins de 4 jours, j’ai affronté les peurs que je fuyais depuis déjà plusieurs mois, voire même plusieurs années :

  • J’ai fait mon premier live Facebook sur ma page, avec ma lumineuse amie Christèle,
  • On a partagé notre évènement co-organisé en Mars sur les réseaux
  • J’ai lancé mon blog, même s’il n’est pas encore comme je le souhaite
  • J’ai publié mon premier poadcast.

En gros j’ai assumé ma vulnérabilité avec authenticité.

Car c’est bien de cela dont il s’agit  : Je me montre au monde, tel que je suis.

Je le faisais déjà dans mon cercle intime, et puis à faible dose sur les réseaux, avec encore beaucoup de retenue mais là il s’agit d’une étape supplémentaire.

Qu’est ce que ça fait du bien, cette sensation de libération, de LIBERTÉ. 

Accepter et assumer sa vulnérabilité est bien plus une force qu’une faiblesse en réalité.

J’ai cessé de faire LA FEMME qui gère, la guerrière sans faille, ce masque qui est si facile à porter, lorsqu’on veut se débarrasser de cette étiquette de victime.

Cette fois, je suis passée à l’action. J’ai avoué, assumé lorsque c’était inconfortable.  Que j’avais la peur au ventre, et à aucun moment je ne me suis sentie faible. Bien au contraire je me sens plus forte que jamais, car je suis authentique. 

Les choses n’étaient pas parfaites, néanmoins je suis fière car je les ai faites en étant moi-même, sans chercher à noyer le poisson. Le plus important c’est de se lancer n’est ce pas?

Toutes ces peurs affrontées et pourtant je ne suis pas morte, bien au contraire cela m’a boostée, je suis plus vivante que jamais.

En relisant mes pages du matin, je me suis rendu compte que j’étais consciente des mécanismes que je déclenchais inconsciemment pour fuir, mais il me fallait le temps nécessaire pour y remédier.

As-tu déjà remarqué l’énergie que l’on dépense pour se planquer? Pour se chercher des excuses et ne pas faire ce qui nous motive vraiment ?

Je n’ai pas échappé à la règle.

Certe, lorsque je regarde en arrière je suis fière du chemin parcouru, de mon évolution, de mes réussites, ces beaux rêves que j’ai déjà réalisé.

Néanmoins j’avais également un objectif plus grand, un souhait de contribuer à travers mon  expérience à inspirer des milliers de personnes afin qu’elles prennent elles aussi conscience qu’elles ont le choix, qu’elles ont en elles la puissance et les ressources pour être les artisans conscients de leur vie.

J’avais été inspiré par différents modèles, – qui eux même ont dû affronter cette vulnérabilité – et pour faire avancer ce cycle vertueux de la vie, je sentais cet appel au fond de moi à inspirer à mon tour : l’équilibre entre le donner et le recevoir.

Quel bel objectif me diras-tu?!

Oui sur le papier. Mais au lieu des milliers de personnes, je me contentais de mes amis, mes proches et le simple bouche à oreille. Avec sans cesse des personnes qui me poussait à assumer et porter ma voix, bien plus haut, qui me témoignaient de l’impact que je pouvais avoir en témoignant. Et c’était déjà bien.

Je n’arrêtais de parler, de dire que j’allais, que je voulais, mais à quel moment je fais?

Cette phrase choc que m’a sorti une de mes dernières connaissances «  Tu parles beaucoup, mais tu agis peu. » Ça a fait mal, tout simplement car cette personne avait raison, en tout cas sur ce point là.

J’ai choisi l’Amour, pourtant sur ce coup là j’ai laissé la peur m’emporter.

Alors que s’est il passé?

Durant des mois, je remplissais mon ordinateur de poadcast, de nouvelles que jamais je ne publiais, je coachais des personnes pour les aider à se révéler et moi je ne le faisais qu’à moitié. Je me sentais frustrée.

Le déclic a été d’attirer des relations qui mettaient parfaitement en lumière toutes ces failles, bien entendu avec souvent des pleurs et des grincements de dents. Et surtout un prétexte de plus pour ne pas y aller.

En réalité j’étais tellement focalisée sur mes peurs, que j’attirais leur matérialisation.

Mais jouer la victime ça va un temps, accuser l’autre c’est facile. J’avais déjà parcouru bien trop de chemin pour me contenter de ça. Je savais ce qui se passait, et surtout j’avais conscience que j’en étais responsable.

Alors, j’ai cessé d’accabler l’autre. Je me suis pardonnée, et j’ai demandé pardon (Don du pardon, et Ho’oponopono.)

Je me suis finalement regarder dans le miroir – dans tous les sens du terme – , physiquement mais aussi à travers ce que ces relations, surtout la dernière me renvoyaient et j’ai réalisé qu’une fois de plus je ne me reconnaissais plus, je m’éloignais à nouveau de moi.

Pourquoi ? Être acceptée, aimée?

Je n’ai pas besoin de l’approbation de qui que ce soit pour faire ce qui m’anime. Je l’ai déjà prouvé à différentes reprises.

J’ai pris conscience de ce mécanisme d’auto-sabotage, j’ai relevé mes manches et j’ai décidé que cela avait assez duré.

J’ai des faiblesses, ce n’est jamais évident de les montrer au grand jour, mais je suis surtout humaine.

Peu importe ce que je ferai il y aura toujours des différences de perceptions, et d’interprétation, le plus important est donc d’être au clair avec Moi.

Pourquoi devrions-nous avoir honte de qui nous sommes ?

En étant authentique avec moi-même en toutes circonstances j’ai progressivement senti mon rayonnement, mon énergie remonter. 

Toute s’est enchaîné naturellement, davantage depuis la dernière pleine lune jusqu’à cette semaine. La vie s’est chargé de me mettre des signes pour m’éclairer et me faire avancer sereinement.

Tu sais ce que l’on appelle les synchronicités, ces « hasards » qui ne sont que des rendez vous pleins de sens.

D’ailleurs ce matin juste avant de dormir soit vers 2H je fais un panneau « L’important est de commencer », en me disant que ça sera mon inspiration du jour. Quelques heure après, à mon réveil, je vois le thème de mon défi du jour:  « Évoluez Authentiquement et vulnérablement. ». Double Synchro car c’est mon intention pour me révéler cette année.

Je me mets à l’écoute des signes de la vie, et cela me réussit, j’avance sereinement en me sentant guider vers la prochaine étape.

Alors dis moi, te mets-tu à leur écoute aussi ? Que ce soit les synchronicités, ton intuition, les messages de ton coeur, ton corps (quand tu es malade par exemple, ou que tu as des ressentis particuliers), par les heures miroirs… Quels sont ceux qui t’interpellent le plus?

Aujourd’hui je t’ai partagé toutes cette vulnérabilité, cette part de moi que je n’assumais pas, et qui me permet de te partager ma vision et de porter mon message. Et je pense bien continuer pour réaliser ce que j’ai identifié comme ma mission de vie.

Petites confidences :

Certaines méthodes ont facilité ces prises de conscience et cette libération ces dernières semaines :

  • Les pages du matin ( Tiré de la méthode de Julia Cameron)
  • Le massage au bol Tibétain
  • Le port régulier de mes oeufs de Yoni
  • Les rituels de la lune
  • Poser des intentions
  • Et enfin mon outil de coaching intuitif et créatif en cycle de 4 mois que j’ai créé et intitulé « Faire grandir son soi ».

Avec tout mon amour.

Lyah

Lyah

Après avoir totalement perdu la mémoire en 2013, j'ai appris à me connaître vraiment et pris le temps de me demander ce que je souhaite faire de ma vie. Aujourd'hui je vis au rythme de mes rêves, des messages de mon corps, mes intuitions et mes passions. La vie m'a offert une seconde chance, je la remercie en vivant pleinement chaque instant et en accueillant tout ce qu'elle m'offre pour évoluer.

Laissez un commentaire