Lyah sans lang de bwa

SUIS-JE UNE FEMME NOIRE ?

Ecrit par 20 mai 2020 Aucun commentaire

Oh my god ! En pleine mise à jour de mon site, je parcours les articles. Je me rends compte que celui-ci n’a pas de titre, qu’il a été planifié pour le 20 Mai 2020, mais qu’il n’a pourtant pas été publié. Je le parcours en diagonale, j’en comprends le thème … un acte manqué ? Un message de la vie ? Nous sommes le 02/11/2020, cette pleine lune m’amène à Incarner ma Puissance et cette thématique en fait clairement partie… Alors je ne cherche pas plus, je le planifie de nouveau…  

Je dois avouer que cela n’a pas été de tout repos d’oser publier cette inspiration. Y avait-il de la peur, de l’appréhension ? Une crainte de comment il serait interprété ? Probablement car il faut l’avouer c’est un sujet assez tabou, sensible, délicat. Car chacun de nous porte en lui des blessures qui y sont directement ou indirectement liées.

Ces blessures qui ont probablement été à l’origine de ce questionnement.

Au delà de la couleur de peau c’est une véritable remise en question de ma place, de ma légitimité, de mon pouvoir qui ont été sous-jacente à cette question. Qui suis-je ? Au nom de qui je parle ? Tu trouveras des éléments de réponses dans cette inspiration : https://soundcloud.com/amnevie-officiel/suis-je-une-femme-noire

En voilà un extrait de ce que j’avais commencé à écrire.

Ma main effleure mon visage, mon corps, mes seins, mes cuisses, mes jambes, mes hanches, mon sexe…

Je me regarde, je m’admire, je me regarde dans ce miroir. Celui-là même qui semble me fusiller du regard… aucun désir, aucun plaisir, aucune envie… juste… des interrogations…

Je me tourne, puis me retourne. Je dévisage mes formes, mes tâches, mes vergetures… je cherche quelque chose… mais quoi ?

Pourquoi ne puis-je pas acheter des pantalons aussi simplement que mes amies ?

Taille 38 ou même 42 ? On s’en fiche, mais une taille approximative…une base…

Au lieu de ça, j’ai besoin de toucher, d’étirer, d’essayer 

Excusez-moi y-a-t-il de l’élastane ? Est ce une coupe droite ? Slim ? Taille basse ? Non mais vous comprenez je suis cambrée, il me faut des coupes spécifiques !

Oui c’est probablement pour cela que je déteste faire les magasins, trop compliqués…

Des fesses bombées, des hanches prononcées. Cela semble être à la mode aujourd’hui pourtant cela ne m’a pas empêchée d’en avoir honte. D’être complexée, de vouloir les cacher !

Ce miroir me le rappelle.

Il n’y a qu’à ouvrir ma trousse à maquillage 3 teintes au moins.

Difficile d’en trouver une qui m’aille comme un gant. Obligé de les mélanger, de les changer…Et puis il y a leurs regards. Ceux de certaines personnes autour de moi. Il y a certaines paroles, certains stéréotypes qui m’ont quelques fois interpelée, voire choquée, je n’irais pas jusqu’à blessée, mais qui pouvaient être blessants. Tu est trop claire pour connaître les vrais problèmes de la femme noire. Tu ne sais ce que c’est ! Tes cheveux ne sont pas suffisamment crépus pour comprendre.

C’est facile pour toi de dire qu’il n’y a qu’une seul race : « l’amour de son prochain », tu n’as jamais connu les paroles méprisantes !

Et pourtant devant ce corps qui semble être un « héritage » de mes ancêtres, cette question me hante, me taraude : SUIS-JE UNE FEMME NOIRE !

Pendant longtemps contrairement à ce que beaucoup pense je me suis demandée pourquoi je n’avais pas la belle PEAU NOIRE ÉBÈNE ! Je vouais un culte à ses femmes royales qui incarnent la puissance et la divinité à mes yeux. D’ailleurs pourquoi je parle au passé.? C’est toujours le cas.  Et même là je me suis faites réprimander. En me disant que je parlais sans savoir et sans connaître la souffrance de celles qui l’ont.

Dans ces moments-là il m’arrivait de me sentir petite, maladroite, je me demandais pourquoi je n’avais pas le droit d’exprimer mon amour pour les femmes noires, pourquoi était-ce dévalorisant de les appeler négresse alors que je n’y voyais que de la royauté.

Pourquoi on me renvoyait même parfois que je ne pouvais pas parler au nom des femmes noires à cause de tout cela ?

C’était une incompréhension pour moi. Un mal-être supplémentaire. Alors oui il m’est arrivée de regarder ma peau et m’interroger : Mais quelle en est la couleur ?

Un mélange de teintes indéfinissables. Quant à mes cheveux n’en parlont pas ! Ni très crépus, ni très coulis, devant derrière au milieu, sur les côtés ont du mal à s’entendre. Bref le vrai … bordel ! C’est ce que je me disais au début. Et en fait tout a changé depuis que j’ai appris à m’aimer malgré… ou plutôt avec tous ces petits mélanges.

J’ai compris que ce que les autres me renvoyaient, y compris des amis proches, de la famille,  étaient en fait leur propres blessures.

Je n’avais pas à me sentir coupable de mes intentions, de mes sentiments, de ma couleur, de mes cheveux.

Oui je suis une Femme Noire mais pas que ! Oui je me sens légitime de parler au nom des Femmes noires, de les aider à guérir, reprendre leur pouvoir, mais que … Je prône l’Amour, la paix, la complémentarité et l’empowerment et cela dépasse les limites de la couleur de peau.

Je suis une Femme Noire, une Femme, Une Femme qui porte toutes les couleurs du monde et j’aime cela.

Et pour reprendre mon pouvoir sur ma vie, il a fallu que j’apprenne à l’affirmer, à oser, à l’incarner et à comprendre tout ce que cela impliquait.

C’est à toi de te sentir légitime, à toi de guérir tes blessures et reprendre le pouvoir sur ta vie, à toi de faire des choix et prôner des valeurs qui sont accord avec qui tu es !

Alors quelle Femme es-tu ! Quelle femme incarnes-tu ?

Si cette inspiration t’a plu partage-la pour en faire bénéficier d’autres à qui cela pourraient servir ! 

Avec tout mon amour. 

Lyah 

Lyah

Après avoir totalement perdu la mémoire en 2013, j'ai appris à me connaître vraiment et pris le temps de me demander ce que je souhaite faire de ma vie. Aujourd'hui je vis au rythme de mes rêves, des messages de mon corps, mes intuitions et mes passions. La vie m'a offert une seconde chance, je la remercie en vivant pleinement chaque instant et en accueillant tout ce qu'elle m'offre pour évoluer.

Laissez un commentaire