Hello Chère Sublime

Comment te sens-tu vraiment ?
Je te pose cette question car pour beaucoup de personnes cette période n’est pas évidente. D’ailleurs malgré mon optimisme légendaire je dois avouer que je n’ai pas échappé pas à la règle. Ces dernières semaines ont été très éprouvantes énergétiquement.

Je dois avouer que j’avais du mal à comprendre pourquoi j’étais aussi fatiguée.

Pourquoi autant de douleurs se réveillaient dans mon corps. Pourquoi j’avais même du mal parfois à faire ce que j’aime : écrire, parler, créer. Pourquoi même mon sommeil était autant perturbé. Ma santé, mon corps ont décliné.
Aujourd’hui cela va de mieux en mieux. Et en grande partie parce que la semaine dernière j’ai osé m’accorder encore 4 jours vraiment Off loin des réseaux sociaux, y compris de mon travail. Si je devais te parler crûment je dirais que je me suis foutu une paix royale. Je me suis laissée vivre au rythme de mes besoins essentiels et de mes envies. Le silence et le repos ont été mes meilleurs alliés. J’ai pris le temps de me mijoter des petits plats Healthy que j’adore. J’en ai aussi testé d’autres. J’ai également regardé des séries qui m’ont plongé dans des univers qui me font rêver. Là encore je me laissais guider par mon intuition. Et waw je me suis vraiment échappée de la réalité quelques jours. Tout en nourrissant mon inspiration car comme d’habitude les messages sous-jacent de ces séries étaient de belles synchro avec ce sur quoi je me focalise en ce moment.
Mes coups de cœur ont été :
Batwoman
Survivor’s Remorse
The Résident
Et hier soir la perle : une interview de Bruce Lipton sur la puissance de notre esprit avec l’épigénétique. Je te conseille de le visionner car il reprend l’essentiel de ce que j’ai expérimenté et que je transmets aujourd’hui.Je l’ai regardé avec mes fils. Il m’est apparu comme une confirmation de ce que je souhaite continuer de réactiver pleinement pour les semaines à venir.

J’ai recommencé à sortir de ma bulle depuis 3 jours maintenant.

Cependant j’y vais pas à pas, c’est important pour moi. J’ai donc commencé par intervenir de nouveau dans mes petits groupes privés liés à mes programmes.  Car j’ai pris conscience d’une chose importante.

Je parle souvent d’égrégore.

Autrement dit cette entité énergétique que l’on crée lorsqu’un groupe de personnes se focalise sur une pensée, des intentions communes avec une intensité équivalente. L’égrégore vit tant qu’il est alimenté par ses membres et surtout il développe sa propre croissance. Mais avant tout chaque égrégore a un effet sur les personnes qui y prennent part. Il y a une évolution de conscience, des conséquences énergétiques. Et cela dans le positif, comme dans le négatif. C’est l’une des raisons pour lesquels je fais très attention aux personnes avec qui je collabore, les programmes, stages et surtout méditation auxquels je prends part. Dans le personnel comme le professionnel. J’en crée consciemment à chaque lancement de programme, d’atelier, à chaque création, à chaque groupe.

Mais en réalité il y a énormément d’égrégores autour de nous, auxquels parfois on adhère sans nous en rendre compte.

Du moins sans nous rendre compte de l’impact que cela peut avoir sur nous.  Par exemple, les réseaux sociaux, les médias … le problème c’est qu’ils ne sont pas toujours alimentés par des énergies très saines pour nous. Parfois cela nous épuise et happe notre énergie. Là encore certaines personnes en sont conscientes, d’autres non.
En ce moment à l’échelle planétaire un énorme égrégore nourrit par la peur est alimenté depuis plusieurs mois. Et je reconnais que malgré moi lors du retour de mes enfants à l’école avec le masque et bien s’en m’en rendre compte j’ai baissé ma garde et la peur a pris le dessus. Et oui je suis humaine. Car mon coeur de maman était en colère de constater l’absurdité de la situation. En colère de voir mes fils parfois pleurer car on leur crie après lorsqu’ils essaient de respirer, qu’on les empêche aussi de se rendre aux toilettes quand ils en ont envie.

Colère, peur, et oui l’injustice grondait, le danger pour leur santé était pour moi palpable et j’avais un sentiment d’impuissance grandissant.

Alors je les ai gardé une semaine de plus. On en a discuté. J’ai remonté certaines choses à la direction. J’ai trouvé des solutions pour pallier à cela : Bol d’air Jacquier, les retirer de la cantine, discuter encore davantage avec eux pour qu’on trouve ensemble des solutions où ils se sentent malgré tout en sécurité.
Sans m’en rendre compte j’avais glissé vers le mode « instinct de survie », alimenté par la peur. Engendrant ainsi ce que je ne connais que trop bien, une sécrétion de cortisol, voir d’histamine en continu. Résultat mon système immunitaire fut affaibli avec toutes les conséquences que cela engendre : fatigue, douleurs, aménorrhée, maux de ventre et émotions en vrac et donc plus de vulnérabilité aux énergies extérieures.
C’est en prenant de la distance et écoutant mon corps, mon intuition que j’ai pu faire tous ces liens. J’ai accepté l’état de confusion qui a provoqué tout cela, je l’ai laissé me traverser, tout comme la peur et la colère avant d’écouter leurs messages.

J’ai réalisé à quel point je me mettais beaucoup de pression pour tout : mettre à jour mon site, parler de ce que je fais avec plus de clarté, trouver des solutions pour protéger mes enfants, comme si ma vie était en jeu, que le temps m’était compté.

Et inconsciemment c’est ce que je ressentais. Car malgré moi en ce moment je suis dans un environnement où je suis quotidiennement exposée à la situation.  En grande partie à cause du métier du père de mes enfants et sa passion pour les médias traditionnels. J’ai beau mettre un casque et tenter de penser à autre chose, travailler mon ancrage et ma bulle protectrice, c’est usant à bout d’un moment, l’énergie est dans la maison. Sans oublier aussi les nouvelles mesures prises à l’école. Et certains croyant bien faire, ne cesse de me répéter :  » Mais toutes ces mesures sont faites pour toi, car tu fais partie des personnes à risques ! » Et mois j’ai juste envie de hurler : Bordel de merde foutez-moi la paix, ne parlez pas pour moi, je prends la responsabilité de ma santé, mais ce n’est clairement pas en me maintenant dans la peur que je vais y arriver ! Je ne suis pas une victime à protéger. Je prends la pleine responsabilité de mes choix et de mes croyances.
J’étais tellement occupé à le nier, à garder le silence pour ne pas faire de vague, que je suis entrée dans la spirale infernale de la pression et la confusion. C’est ainsi mon organisme s’est affaibli. Mais il est important de comprendre que les croyances que l’on alimente crée notre réalité et celle de nos proches à notre égard également.

La bonne nouvelle c’est qu’en osant faire stop, en osant me laisser porter et écouter mon corps et aussi la vie par les synchronicites qu’elle me présentait, j’ai réussi à m’apporter du bien-être et remonter tout cela.

La vie m’a reconnectée à mes premiers amours la naturopathie et l’épigénitique qui m’ont été d’une grande aide lorsque j’étais gravement malade. Notamment quand mon système immunitaire était en vrac suite à la chimio. Comment j’ai pu guérir en l’arrêtant et en me mettant à l’écoute de mon corps. (Attention c’était une décision réfléchie et accompagnée de professionnels compétents).
C’est ainsi que j’ai actualisé ma petite routine self-care pour m’aider à me rebooster :

  • Je m’alimente encore plus avec les fruits et légumes de saison. Je m’occupe de mon foie avec une petite cure de bouillote ( c’est important après une période aussi émotionnellement intense).
  • Je prends de la spiruline et de l’acérola pour m’apporter vitalité et aussi une petite cure d’oméga 3 pour nourrir tout mon système cardiovasculaire et cérébrale mis à rude épreuve.
  • Quand il y a du soleil, j’en profite pour m’apporter de la vitamine D.
  • Et bien entendu je fais un travail énergétique avec mes œufs de yoni et mes huiles essentielles pour me soutenir.
  • J’ai de nouveau expliqué les choses à mon colocataire du moment et nous avons convenu qu’il regarderait les médias sur son téléphone et de préférence à l’extérieur de la maison, pour éviter d’alimenter l’énergie anxiogène. Pour ma part, je nettoie encore plus régulièrement celle-ci énergétiquement avec des huiles essentielles de Palo Santo, de Fenouil doux. Mais aussi avec mon bol tibétains, mes intentions …

J’ai également pris des décisions concernant mon travail et ma façon de communiquer.

Car tu vois chaque crise est vecteur de révélation. Et clairement ces dernières semaines l’ont été pour moi, dans ma vie pro comme perso. Mais cela je t’en parlerai dans un post.
Aujourd’hui mon propos était de partager ce petit état des lieux avec toi. Je pense que beaucoup pourraient en avoir besoin en ce moment et tu en fais probablement partie. Alors si cela peut t’inspirer à améliorer ton quotidien, j’en suis heureuse. Si tu te sens submergé.e, faible, à bout, fatiguée outre mesure, prends de la distance, observe ce qui dans ton environnement pourrait alimenter cela et prends le temps de te reposer et pose l’intention de trouver des solutions.

Si tu as des questions, envoie-les mois par mail ou en commentant ce post. J’y répondrai avec plaisir par exemple dans une vidéo ou un podcast.

En attendant, je te souhaite une belle journée, une belle semaine.

Avec tout mon Amour. 

Sublimement. 

Lyah

Lyah

Après avoir totalement perdu la mémoire en 2013, j'ai appris à me connaître vraiment et pris le temps de me demander ce que je souhaite faire de ma vie. Aujourd'hui je vis au rythme de mes rêves, des messages de mon corps, mes intuitions et mes passions. La vie m'a offert une seconde chance, je la remercie en vivant pleinement chaque instant et en accueillant tout ce qu'elle m'offre pour évoluer.

Laissez un commentaire