Lyah sans lang de bwa

Lettre à l’argent

Ecrit par 9 novembre 2020 Aucun commentaire

Ce qui nous pèse a besoin d’être exprimé pour être pleinement sublimer. Aujourd’hui je partage avec toi, l’un de mes exercices favoris. Donner vie à quelque chose d’abstrait pour matérialiser ma relation avec et ainsi la transmuter positivement dans ma vie. Je l’ai fait pour la Peur, la Honte, le Sexe, mon amnésie, l’argent. Et justement c’est ce dernier que j’ai décidé de partager avec Toi. Un moyen créatif pour moi de symboliser la PAIX retrouvée face à cette énergie.

Cher et Sublime Toi,

Je t’écris aujourd’hui comme à un ami, un ami que j’aime et qui à sa place dans ma vie. Comme tu le sais cela n’a pas toujours été le cas. Heureusement j’ai eu la franchise de me l’avouer, la franchise de te l’exprimer et de mettre les choses à plat. Bon cela n’a pas été si facile, mais punaise comme c’est bon de pouvoir échanger librement, sans faux semblant désormais.
Les préjugés et les mensonges ont bien failli nous éloigner. J’ai réellement cru que tu étais le diable incarné, celui qui me ferait une fois de plus franchir une ligne rouge dans mes valeurs. Tu comprends j’ai tant voulu être parfaite, j’ai tant voulu paraître spirituelle, raisonnable, modeste et humble. Sans me rendre compte que toutes ces injonctions finiraient pas m’éteindre.
J’avais depuis longtemps appris qu’avec toi dans l’équation les données étaient faussées. Avec toi je ne pouvais attirer que la jalousie, la méchanceté, la manipulation, mes plus vieux démons. Du coup j’ai grandi en nourrissant cette image répugnante de Toi. Je t’imaginais avec des cornes, des flammes dans la bouche, une fourche un peu bizarre qui était probablement à l’origine des sorts qu’on disait que tu jetais pour changer les gens. Oui j’ai toujours vu en toi l’incarnation du mal, quelque chose de sale, de maudit, qui fait peur, mais qui intrigue aussi ! Pour être heureuse il fallait que je te garde à bonne distance, mais quand même que tu sois là pour me donner un semblant d’existence. Ni trop, ni trop peu, mais comment s’y retrouver sincèrement ? Comment trouver le juste milieu. On me disait que tu ne faisais pas le bonheur et en même temps j’observais le monde et paradoxalement il semblait vouloir tout faire reposer sur tes épaules pour trouver ce même bonheur.

C’est vrai que tu as souvent été malheureusement au milieu de conflits, d’arnaques en tout genre.

J’entendais souvent que c’était toi le problème. Alors concrètement comment voulais-tu que je m’approche de trop près ? C’était comme si tu étais un interdit ! Jeu n’avais pas le droit d’apprendre à te connaître… Mais tu sais quoi, l’interdit excite et c’est l’interdit qui crée le danger, car il laisse place à un silence, à un manque de conseils avisés, pas d’explications, juste un non. Alors on tente, parfois à nos dépends, on se brûle, mais surtout on apprend.
C’est exactement ce qui est arrivé entre nous. Je me suis d’abord brûlée à ton contact. Valsant dans l’ambivalence du « Je t’aime moi non plus ». Je flirtais avec toi sans aucune protection. Tu m’attirais, je cédais et avais du mal à poser des limites saines parfois.

Dans une période très difficile de ma vie, tu as été là, je ne mentirai pas.

Mais justement c’était bien ça le problème. Au lieu de demander de l’aide plus approprié j’ai préféré me débrouiller seule. Avoir recours à toi de façon très facile, sans prendre en compte les conséquences. C’était vital, j’étais malade, ma famille sombrais à cause de tous les frais, les imprévus,je ne pouvais pas laisser faire. À ce moment, la Honte a eu raison de moi. Le silence que celle-ci a engendré a été dangereux, fatal… Je gardais la face, je perdais en force, en « crédits » sans jeu de mots. Je n’ai pas eu le courage d’accepter mes faiblesses, ma détresse, j’avais une famille, des projets. Je ne pouvais concevoir qu’en plus de mes problèmes de santé, – qui a causé la perte du travail de mon mari à l’époque – et bien s’ajoutent des problèmes financiers. J’avais échoué, je me considérais comme un échec, un boulet, une moins que rien. Résultat inconsciemment je me donnais raison dans la gestion de la situation, laissant la panique et l’instinct de survie m’entraîner dans des situations où le manque ne faisait que croître. Une réponse légitime à la peur tu me diras, mais quand même… Je me servais de toi, dans tes travers les plus « faciles et accessibles » pour y faire face. Je me donnais l’illusion de combler le manque, mais il n’en était rien, c’était bien pire encore. J’étais « à découverts », sans plus aucune voie pour fuir et faire l’autruche…

C’est à ce moment, que j’ai réalisé qu’effectivement te côtoyer de trop près -et de n’importe quelle façon- pouvait nuire et surtout déboucher sur une spirale infernale.

Mais il était déjà trop tard.
Cette spirale nous avait déjà aspiré, nous y avons sombré.
Mais heureusement nous nous en sommes sortis.
Nous avons touché le fond, mais nous avons pu retrouver la surface. Nous avons pu de nouveau respirer, mais cela ne s’est pas fait en une fois.
J’ai d’abord fait comme tout le monde, je t’ai maudit, je t’en ai voulu et à tous ceux qui nous avaient présentés. Pour moi tu étais à l’image d’un pervers narcissique qui sait se montrer sous ses plus beaux atouts, pour mieux identifier mes faiblesses et me mettre KO, tout en me rendant dépendante de toi. J’ai cru que le problème venait de toi, de tous ceux qui m’avaient fait croiser ta route sans m’avertir. Ce n’était pas complètement faux, mais pas complètement vrais non plus.

Il m’a fallu du temps, des passages en institutions pour percer à jour le problème.

Ma colère s’est alors transformée en soumission. Car s’en m’en rendre compte j’attendais que ce soit les autres qui m’apportent des solutions, me laissant rabaisser, humilier, car je pensais le mériter.
Jusqu’au moment où j’ai commencé à ouvrir les yeux. En réalité je voulais t’attirer tout en souhaitant te garder à bonne distance de moi. Je n’assumais pas mon désir de t’avoir sainement dans ma vie. Je pourrais même dire que je voulais t’attirer pour les mauvais raisons, car en réalité je ne te connaissais pas. Je me servais de toi pour tenter de croire que j’existais, que j’étais quelqu’un de bien, que j’en valais la peine, que j’étais sympa, altruiste… Pour me convaincre moi-même que j’avais réussi, que j’étais « Aimable ». Je me trompais lourdement à ton sujet, sur qui tu étais, ta valeur, ton pouvoir… Je me trompais sur moi-même, ce que je voulais, mais je trompais également sur tout ce qui te concernait. Je me servais de toi pour ne pas assumer la honte que j’éprouvais à mon égard, comme si j’achetais inconsciemment l’affection et la reconnaissance des autres, alors que ce n’était pas mon intention.

J’ai une fois de plus eu besoin d’un Déclic, une succession d’évènements majeurs pour m’amener à reconsidérer notre relation.

Il a fallu que je me retrouve sans rien pour prendre le temps de comprendre pourquoi et comment j’avais touché le fond. C’est comme cela que j’ai pris le temps d’apprendre à te connaître. Que j’ai littéralement changé ma perception de qui tu es, de la place que je suis prête à te faire dans ma vie et soyons claires de mes ambitions, mes projets avec toi aussi. C’est ainsi que nous avons fait connaissance.

D’ailleurs, je dois avouer que plus j’apprenais moi-même à m’aimer, m’accepter avec mes parts les plus sombres, mieux je parvenais à en faire de même avec Toi !

Te voir vraiment pour qui tu es et ce que tu fais. Cela a été tout un cheminement.  La construction d’une relation qui je l’affirme aujourd’hui est clairement plus SAINE, CRÉATIVE, CRÉATRICE… Si on m’avait dit que même ma reconnexion à mon énergie sexuelle jouerait en faveur de celle-ci, j’aurais probablement traité la personne de fou / folle. Pourtant aujourd’hui c’est à coup sûr l’un des éléments qui a été le plus déterminant dans la (re)naissance de cette relation qui rime avec Plaisir, Amour, Abondance.
Aujourd’hui quand je te regarde, que je te touche, que je compose, crée avec toi je ressens une immense Paix en mon fort intérieur. Je ne me cache plus derrière-toi, je ne fais pas semblant de t’ignorer, je suis fière de ce à quoi nous contribuons ensemble.

Mon cher et Sublime Argent, je te remercie de tout ce que tu as pu m’apprendre sur la Vie, la richesse, mais surtout sur moi-m’aime.

Ce que j’expérimente avec toi est hors du commun, mais je pense très sincèrement qu’il est important que je transmette l’apprentissage qui en découle à d’autres afin qu’ils/elles puissent enfin te voir pour ce que tu es, non plus par le prisme des croyances des autres. Ils se feront à leur tour leur propre opinion.
Cher Argent Merci de contribuer à la création de richesses dans ma vie mais aussi dans le monde. Chère moi Merci d’avoir pris le temps de comprendre que sans réaliser mon propre pouvoir, ma propre valeur, mon propre amour de moi, rien de cela n’aurait pu être possible.

Avec tout mon Amour .

Lyah

Ps : Si ce texte trouve écho en toi, ou que tu penses qu’il mérite d’être lu par d’autres personnes qui en ont besoin, je t’invite à aimer, commenter et partager. Tu contribueras ainsi à ta façon à l’évolution des conscience sur ce sujet. 

PS 2 : Si toi aussi tu souhaites Sublimer ta relation avec l’Argent en étant toi. Accroître ta richesse financière avec Amour, en conscience et en respectant tes valeurs, inscris-toi à mon Nouveau Programme Puissance 4 Édition Spéciale Love and Money. Jusqu’au Vendredi 13 Novembre 2020 profite de la réduction spéciale de 200euros. Pour avoir plus d’informations et passer t’offrir cette chance clique directement sur ce lien : https://cutt.ly/OgKxyyd.
Les inscriptions ferment le Dimanche 15 Novembre. 

Lyah

Après avoir totalement perdu la mémoire en 2013, j'ai appris à me connaître vraiment et pris le temps de me demander ce que je souhaite faire de ma vie. Aujourd'hui je vis au rythme de mes rêves, des messages de mon corps, mes intuitions et mes passions. La vie m'a offert une seconde chance, je la remercie en vivant pleinement chaque instant et en accueillant tout ce qu'elle m'offre pour évoluer.

Laissez un commentaire