J’avais envie de terminer cette semaine autour des enfants, des parents, avec un thème qui nous relie : les RÊVES !
Lorsque j’étais petite je rêvais de devenir médecin, journaliste, écrivaine. Je me souviens du jour où ma tante me l’a rappelé. C’était le 1er janvier 2016, nous étions sur le parvis de la basilique de Fourvière, à Lyon.

Nous échangions autour du film Joy que j’avais vu la veille.

Il m’avait littéralement inspiré. Un beau présage pour la nouvelle année qui s’annonçait.  D’ailleurs je t’en ai déjà parlé dans de précédents posts.
Ma tante s’émerveillait de voir que malgré ma perte de mémoire, d’une certaine façon j’étais en train de les réaliser tous les trois. Pourtant paradoxalement avant mon amnésie, je m’en étais totalement éloignée … j’étais fonctionnaire dans les finances.

Elle me rappelait qu’ à l’époque tout le monde se moquait de moi, tentait de me ramener à la raison en me disant que c’était impossible de faire les trois qu’il était important que je choisisse !  Elle se remémorait tous les courriers que je lui envoyais pour lui relater mes rêves. Y compris celui où je lui transmettais le manuscrit de mon premier roman écrit à 9ans au sujet de la naissance de ma sœur après un voeux à une étoile filante. À croire que déjà petite je ne faisais pas trop comme les autres.

Aujourd’hui j’ai des enfants et eux aussi ont des rêves.

Ils veulent devenir footballeur professionnel, mais pas que … parce qu’ils ont anticipé des plans A, A bis, B … cependant ils sont sur d’une chose : le foot fera partie de leur vie. L’un d’eux c’est par le milieu médical, le second plus dans le cote audiovisuel, graphisme, gamer !

J’aurais pu douter d’eux à mon tour.

J’aurais pu tenter de les dissuader face à une réalité très sélective dans ce milieu. J’aurais pu leur dire  » Trop d’enfants on ce rêve, changer !  » Mais en fait quel message je leur enverrais ? Vous n’êtes pas suffisamment forts, exceptionnels ?
En gros je douterais que mes enfants puissent faire partie de ceux qui feraient la différence ? Allais-je vraiment reproduire les discours fatalistes, pessimistes et limitants autour de moi ?

Clairement  NON !

Je suis cette une serial rêveuse.

Par contre, je mets également toutes les chances de mon côté pour que mes rêves deviennent une réalité. Je mets également tout mon coeur et ma passion à accompagner les autres à manifester leurs propres rêves. Alors pourquoi ne le ferais-je pas pour mes enfants ?

Cependant, certaines croyances me rebutaient à un moment par rapport à leur rêve :

  • Les salaires des footballeurs sont indécents et font perdre de vue les VRAIS valeurs du football.
  • L’univers du foot est assez violent !
  • L’effet « STAR » excessif des joueurs les rend parfois inhumains et malheureusement les enfants dès leur plus jeunes âges le reproduisent dans les tournois . J’ai assisté à des scènes incroyables d’enfants d’à peine 6 ans.
  • Je trouve injuste l’énorme différence entre le salaire des hommes et les femmes. Ok les sponsors, les médias et tout le tralala mais enfin !  Alors que sincèrement dans les matchs des filles il y a un amour du ballon, du jeu, des valeurs que l’on a parfois du mal à retrouver chez les garçons. Voilà pourquoi  je préfère mille fois regarder les équipes féminines d’ailleurs.

Oui ça me faisait peur!

Ce ne sont pas les valeurs que j’ai envie que mes enfants retiennent. J’aspire à ce qu’il garde en tête les leurs, leur éducation. Qu’ils ne laissent pas l’argent les rendre complètement fou. Jusqu’au jour où j’ai pris conscience que j’étais en train de limiter leur rêves, leurs ambitions en laissant mes propres croyances y mettre un veto.

Tout à changé quand j’ai compris que pour eux c’était plus que ça.

Ils mangent, boivent, parlent foot. Lorsqu’ils ont été harcelés c’est le foot qui leur a permis de retrouver la confiance. Lorsqu’ils étaient à l’école à la maison c’est encore le foot qui facilitait leur apprentissage. Jusqu’à maintenant d’ailleurs.

 J’ai fait mes choix il est important que je respecte les leurs.

Les accompagner ce n’est pas faire les choix à leur place. Cependant je veille toujours à ce qu’ils comprennent les enjeux, qu’ils fassent leur maximum pour rester eux-même, faire de leur mieux en toutes circonstances. Qu’ils croient même en leur rêves les plus fous dans le respect de leur valeurs et surtout en réalisant bien qu’ils sont les seuls à pouvoir les manifester.

Tout est devenu plus simple quand j’ai accepté qu’ils feront leurs chemins. 

Il feront des erreurs, auront des réussites, mais surtout ils évolueront dans tous les cas parce que la vie est la meilleure des enseignantes.
Tout a aussi changer quand ma relation et les croyances au sujet de l’argent ont évolué positivement.

Le bonus c’est que tout comme moi ils sont manifestor en Human Design !Ils ont donc cette facilité naturelle à « manifester » leurs rêves. Alors qui serais je pour les en empêcher ?

Si tu as des rêves peu importe lesquels, rappelle-toi que tu as le droit de les réaliser !

J’ai appris une chose importante ces dernières années : Petit nous savions exactement ce qui nous faisait vibrer avant de parfois nous en éloigner . Même lorsqu’on perd la mémoire ses rêves se rappellent à nous. Ils sont des indices précieux pour nous épanouir. 

Alors de quoi rêvais-tu enfant ? Dis-le nous en commentaires.

Coeurdialement.

Lyah

PS : Retrouve une inspiration qui date de 2017, que j’avais partagé sur mon instagram sous forme de mini-book. 

Lyah

Après avoir totalement perdu la mémoire en 2013, j'ai appris à me connaître vraiment et pris le temps de me demander ce que je souhaite faire de ma vie. Aujourd'hui je vis au rythme de mes rêves, des messages de mon corps, mes intuitions et mes passions. La vie m'a offert une seconde chance, je la remercie en vivant pleinement chaque instant et en accueillant tout ce qu'elle m'offre pour évoluer.

Laissez un commentaire