Si tu as manqué l’épisode où je te donne des détails sur mon rêve, c’est le moment de te rattraper en cliquant ICI.

Lorsque je fais ce genre de rêve en général, le sens ne m’apparaît pas forcément tout de suite.

J’ai appris à les interpréter sans pour autant cogiter. Les noter dès le réveil me permet de ne pas les oublier et de les faire vivre d’une certaine façon. Puis les relire s’il le faut et laisser mon intuition me guider dans leur signification. Parfois les mots me viennent tout de suite. D’autres fois, il me faudra quelques jours ou quelques semaines. Cependant chaque détail est une symbolique. Les formations et lectures de Doreen Virtue, Marie-Lise Labonté sur ces sujets, m’ont permis d’affiner ma pratique.  

Il est vrai que les dictionnaires de rêves en ligne te donnent des pistes, mais elles ne te correspondent pas forcément. L’écriture te permettra justement de pouvoir par la suite créer ton propre recueil d‘interprétation. Comme un nouveau langage entre ton inconscient et toi.

Retrouve le podcast par ICI ! 

Cette fois en tout cas, certaines choses me viennent spontanément dès mon réveil.  

Je repense au cadeau de ma mère « Tu es extraordinaire, ta vie est extraordinaire, rappelle-t’en ! » Cette phrase me fait frissonner.  

Elle a été pour moi une source de joie autant qu’une source de détresse, voire de honte, jusqu’à il n’y a pas si longtemps. J’ai mis du temps à témoigner de ce qui m’était arrivé à cause de cela. D’ailleurs tu peux retrouver l’une de mes premières vidéos ICI. Ill y a tant d’autres choses que j’aimerais pouvoir dire à ce sujet. Beaucoup de personnes s’imaginent qu’une histoire comme la mienne est facile à porter.  

Pourquoi n’ai-je pas encore pu finir mon livre à ton avis ? Parce que jusqu’à maintenant je faisais 10 pas, pour me laisser bloquer au 11e.
Souvent par une personne extérieure qui n’était autre que le reflet de mes propres peurs. La bonne nouvelle c’est que le blocage au fil du temps s’amenuise.  D’ailleurs le mois dernier, m’a aidé à reprendre mon pouvoir à ce niveau-là. Car je continue mon apprentissage.  

Sais-tu comment ?  

J’ai repris confiance et conscience en moi, en mon histoire, en ma force. J’ai rencontré de nombreuses personnes que j’ai inspirées et qui m’y ont sans le savoir reconnecté. Ces personnes m’ont aidée à réaliser à quel point je passais à côté de l’essentiel.  
Une amnésie d’identité suivie d’une merveilleuse reconstruction, couplée à une guérison du cancer grâce en grande partie à la naturopathie… je dirais même aujourd’hui, grâce à ce même cheminement de reconnexion. Je l’avoue cela peut paraître un peu trop « Sorti d’un film » !  

Comment une jeune femme qui a tout juste la trentaine, a vécu autant de choses en si peu de temps ? À vrai dire, à un moment donné, j’ai même douté moi-même. Suis-je folle ? Est-ce dans ma tête ? Suis-je une menteuse ?  

La peur m’a amenée à me cacher, à avoir honte, ne pas assumer. Et quand je pensais m’en sortir, et bien arrivait une situation, une personne, qui me tirait en plein dans le cœur. Bien souvent une personne proche. Parfois je l’avais déjà même aidée, voire aimée. Ou alors une personne qui se servait de l’un de mes proches. Alors j’arrêtais, je m’enfermais, je me taisais.  

Sur 100 personnes, 97 me prenaient pour une super-héroïne inspirante.

Je leur redonnais de l’espoir, de la motivation.  Je les inspirais tout simplement, à croire que peu importe ce qui arrive dans la vie, on peut s’en sortir. Peu importe le diagnostic des médecins, il est important de garder la foi, d’y croire fortement et de se battre. Car la volonté, les croyances, les pensées, font une très grande partie du travail. N’était-ce pas là mon plus grand souhait ?  

Pourtant je choisissais de me laisser atteindre par les 3 qui me traitaient d’affabulatrice, de sorcière (dans le mauvais sens), même parfois de manipulatrice.  

 Mais sais-tu pourquoi ?

La première raison c’est que j’accorde une grande importance à la confiance. Lorsque j’ouvre mon cœur, que ce soit en Amour, en Amitié, même pour des inconnus qui m’ont touchée… je  le fais entièrement, pas à moitié. Les personnes qui me sont proches et me connaissent pourront te le confirmer. Je suis hypersensible et empathique, donc je serai la personne qui n’hésitera pas à prendre ses derniers sous pour rapporter un bon plat à un sans-abri vu à 30 minutes de chez elle. À accueillir chez moi quelqu’un que je connais à peine parce qu’il ou elle se retrouve du jour au lendemain sans maison. Passer des heures à écouter une amie qui vit une situation difficile. Donner des heures de coaching, de conférences, bénévolement officieusement avec amour pour aider des proches à s’en sortir. Tout ce que je te cite ce sont des choses que j’ai effectivement faites. Ce ne sont pas des exemples pris au hasard.  

J’ai un grand cœur souvent assimilé à de la naïveté.

Car en règle générale, je vois chez les autres la lumière qu’eux-mêmes ont du mal à voir. Parfois ma petite voix intérieure me soufflait que cette personne finirait par me trahir, mais je l’aidais quand même car c’est dans ma nature. Je le faisais sans aucune attente.  

Alors quand certaines de ces personnes passaient à l’action et transformaient ma vie en cauchemar en s’attaquant à moi, mon histoire, et j’en passe, cela me faisait très mal. Mais heureusement la vérité finissait toujours par être rétablie 

La deuxième raison explique l’impact de la première 

Je n’assumais tout simplement pas moi-même mon histoire à 100%. Je me considérais comme un boulet. Je n’étais pas encore totalement à l’aise avec ce qui m’était arrivé. D’autant que pour mon amnésie, les médecins avaient du mal à expliquer, à mettre des mots. C’est à force de recherches de mon côté, que j’ai pu parvenir à comprendre, et obtenir « un diagnostic » Cela s’est produit une fois que j’ai pris le temps de m’écouter et de comprendre par moi-même avec mes mots, mes ressentis, l’écoute de mon corps.  

Pour quelqu’un de malade, c’est important à un certain moment d’obtenir une reconnaissance quelle qu’elle soit dans ce genre de situation. Comme pour dire : « Vous voyez je ne suis pas folle. C’est vrai, je ne l’ai pas inventé. »

Dans mon cas, la reconnaissance est intervenue après que j’ai accepté de porter mon histoire, peu importe qui me croyait ou non. C’est comme si la vie voulait me pousser à d’abord croire en moi, ne pas attendre que la reconnaissance vienne des autres. C’est devenu l’une de mes devises : « CROIS EN TOI AVANT QUI QUE CE SOIT ! » Avec le recul, je me rends compte qu’il est vrai que mon cheminement n’aurait probablement pas été aussi impactant dans un autre ordre.  

Inconsciemment jusqu’à il n’y a pas encore si longtemps, je n’assumais qu’à moitié.

Cela s’est fait par étape. Et chaque étape me rapprochait d’une partie de moi-même. Sans m’en rendre compte, durant tout ce temps je donnais le pouvoir à d’autres sur ma vie.  L’image qu’ils me renvoyaient n’était autre que ce que je me disais au fond de moi. Miroir, mon beau miroir…. ` 

Et ce rêve semblait vouloir me confirmer l’étape que j’étais en train de valider :  

“Tu es extraordinaire, Ta vie est extraordinaire. Crois en Toi avant qui que ce soit !”  Rappelle-t’en à ton tour. 

Que dirais-tu de poursuivre cette exploration onirique dans le prochain épisode ?  

Lyah

Après avoir totalement perdu la mémoire en 2013, j'ai appris à me connaître vraiment et pris le temps de me demander ce que je souhaite faire de ma vie. Aujourd'hui je vis au rythme de mes rêves, des messages de mon corps, mes intuitions et mes passions. La vie m'a offert une seconde chance, je la remercie en vivant pleinement chaque instant et en accueillant tout ce qu'elle m'offre pour évoluer.

Laissez un commentaire