Haley & Gérôme

Nous nous sommes connus il y aura bientôt 10ans. De belles années, faites de haut et de bas. Une belle et heureuse famille : trois beaux enfants, qui nous ont surpris depuis leur conception.

Nous nous sommes aimés, tendrement, passionnément, même violemment. Une complicité hors du commun, nous faisant presque nous sentir plus amis qu’amants. Et puis arriva ce moment, où notre lit conjugal devenait de plus en plus froid.

Où l’espace qui nous séparait était de la taille d’un oreiller, puis d’un couloir entier. Nous nous sommes éloignés…

Que s’est-il passé ?

Nous étions censés tout nous dire, tout vivre ensemble. Et pourtant, les mensonges et sentiments de trahisons nous ont rattrapés comme tant d’autres avant nous.

Était ce spectre de l’infidélité à laquelle nous avons tous deux étés biberonnés ? Était-ce normale pour un homme de ne pouvoir se contenter d’une femme ? Était-ce anormale pour une femme d’éprouver du désir pour un autre homme ? Pouvons-nous vivre toute une vie avec la même personne en l’aimant et en la désirant autant que les premières fois ? Pouvons-nous aimer plus d’une personne à la fois, tout en étant avec celui avec qui nous voulons passer notre vie ? L’amour a-t-il une date de péremption ? Y-a-t-il un sexe fort, et un sexe faible ? Suis-je anormale de fantasmer à l’idée de voir ma femme prendre du plaisir avec un autre homme ? Et moi suis-je odieuse, et irrespectueuse comme femme et mère, de vouloir partager mon mari de temps en temps avec une autre femme, tout en étant présente ?

Qu’est-ce qui est normal ? Et qu’est-ce qui ne l’est pas ?

C’est au cours d’une discussion après nous être séparé que nous nous sommes rendu compte que nous avions les mêmes désirs refoulés, les mêmes questions, les mêmes visions du couple. Peu conventionnelles certe, mais qui semblaient pourtant nous rapprocher.

Durant de longues années, nous nous sommes faits du mal en nous efforçant de correspondre à des critères de famille idéale qui nous permettait tout sauf de nous épanouir pleinement. En gros qui nous éloignaient du plus important : NOUS.

Sans le vouloir, sans le savoir, nous nous sommes essoufflés, endormis, oubliés, et laisser mourir… Au final il suffisait d’oser en discuter, oser envisager de davantage nous respecter et créer ce couple qui nous ressemble et qui nous correspond mieux.

C’est devenu notre jardin secret. Nous avons accepté d’endosser le rôle d’agent double, pour la bienséance de nos proches, qui ne pourraient pas forcément comprendre, ou simplement entendre. Nous avons osé nous renseigner, nous avons rencontré des partenaires qui vivaient les mêmes choses, et avaient peur d’en parler. Nous ne sommes pas des experts, mais nous sommes partant pour expérimenter, découvrir, nous découvrir nous-même et ensemble.

Est-ce bien ou mal ?  Est-ce acceptable d’être dans ce genre d’envie et de questionnement en étant parents ? Mais nous sommes avant tout, un homme et une femme, avant de l’être.

Nous n’en sommes qu’aux premiers pas de découvertes et pourtant un constat flagrant : tout ce que l’on pensait savoir sur l’homme, la femme, la sensualité, la sexualité, le couple, la virilité…Tout cela vole en éclat… Tant d’idée reçues, tant d’éducations formatées, presque dénuées de plaisirs charnels, spirituels véritables, en conscience. Au privilège de relation sacrificiel, de dépendance, amenant souvent de la violence insoupçonnée.

Aujourd’hui, on revit, aujourd’hui on ose jouir, se faire jouir, et faire jouir l’autre. Aujourd’hui cette différence de conception non assumée qui nous a longtemps annihilés, revient nous donner un souffle de vie, d’en-vie, et d’élan créatif dans notre relation à nous-même et l’autre également.

Alors pourquoi garder cela pour nous ? Pourquoi ne pas partager pour encourager probablement d’autres à oser assumer qui ils sont vraiment.

Différent ok, mais n’est-ce pas là le plus beau des cadeaux ?

Alors on ose s’aimer, se faire l’amour autrement, baiser de temps en temps. Jouer, jouir, éprouver du plasir. Certains diront que nous sommes libertins, d’autres des parents indignes, sans aucune morale. Nous nous disons simplement que nous sommes nous-même et respectons nos enfants autant que nos valeurs, et la position de chacun.

On ose vivre ensemble tout en préservant nos libertés individuelles.

Nous sommes un avant deux, et peut être trois, voire 4.

Notre couple 2.0 nous a redonné goût à la vie et au plaisir, alors pourquoi s’en priver ?

Il ne s’agit pas de convaincre, ou encore moins de prôner un nouveau paradigme de couple, mais plutôt d’amener cette notion d’ouverture, de choix, d’option possible.

Alors toi qu’elle genre de relation te fait envie? La vis-tu où la refoules-tu ?

Nous avons choisi de rejoindre l’aventure AmNé’Vie, pour partager notre vision, et nos expérimentations, et contribuer à la sublimation des différences dans la conception des relations, de l’amour, du sexe, de l’homme et de la femme à notre niveau. Tout est une question de choix, de sincérité envers soi, envers l’autre, et de plaisir individuel et mutuel.

Xo Xo

Haley et Gérôme